Grandir ensemble

Grandir ensemble

Séparation

Partir discrètement pour éviter d'avoir à quitter son enfant en pleurs n'est qu'une solution à court terme car, en réalité, ça l'insécurise profondément. Et un enfant insécurisé aura des difficultés à devenir autonome...

 

L'enfant en insécurité se retrouve sous l'emprise de réactions instinctives d'attaque, de fuite ou de sidération, étant donné que, dans ce type de situations, c'est le cerveau archaïque qui prédomine chez lui.

 

L'enfant a donc besoin que son parent prenne le temps de lui dire au revoir et de lui préciser qu'il pensera bien à lui pendant la journée et qu'il reviendra le chercher le soir, après le travail.

Cette « petite musique » finira par être intégrée par l'enfant et il pourra se la « rejouer » pour se rassurer.

 

Face à des pleurs de détresse, une attitude bienveillante, empathique, affectueuse va permettre la sécrétion d'ocytocine, aussi bien dans le cerveau de l'enfant que dans celui de l'adulte.

Cette ocytocine va avoir pour effet de réduire le stress et de laisser place à un sentiment d'amour, de confiance et de bien-être.

Elle va également provoquer la sécrétion de dopamine, l'hormone de la créativité et de la motivation, ainsi que de sérotonine, l'hormone stabilisatrice d'humeur...

 

 



04/05/2017
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Famille & enfants pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres